NUMERO TOKYO 09.15

01

Sa tournée nationale de l’Arena Tour Cirque de Minuit a fermé ses portes – La scène montrait un véritable chef-d’œuvre de façon spectaculaire, fidèle à son mot « cirque ». […] Mais ce qui reste la plus grosse impression de cela, c’est cette lumière éblouissante qu’elle émet – […] Je me demande combien de temps et d’expérience sont nécessaire pour être en mesure de briller comme ça ?

Tomber amoureuse ou devenir mère – Les gens disent souvent que les femmes brillent quand elles ressentent pleinement le bonheur des femmes. Si le bonheur est égal à la brillance, cela signifie t-il que le bonheur se trouve sur scène pour vous ?

Je pense que oui. En premier lieu, je pense que mon bonheur dans ma vie privée et mon bonheur en tant qu’Ayumi Hamasaki sont des choses différentes. En tant qu’artiste, je dois constamment faire des choix et je dois tirer le wagon. Je veux protéger mon équipe et je dois veiller sur eux – En ce sens, une partie de moi est constamment mis à l’épreuve et le bonheur arrive au moment où je sens que je l’ai accompli ce « rôle » ou que « j’ai atteint mon objectif » parfaitement. D’un autre côté, quand je ne peux pas ressentir cela, c’est le pire moment de ma vie et ça me donne envie de me maudire. En revanche, je ne suis pas quelqu’un qui tire le wagon dans ma vie privée. Je suis une personne différente qu’au travail dans un sens. Mais cela est la raison pour laquelle je parvient à travailler comme ça, je pense.

Qu’est-ce que vous aimez dans votre vie privée ?

Par exemple, me sentir la plus jeune, même quand je suis avec des gens plus jeunes que moi. Comment cela ? Lorsque je ne travaille pas, les gens autour de moi essayent de faire les choses simplement, je suppose. Ça a toujours été comme ça. Etre capable d’être comme ça dans ma vie privée est un bonheur confortable.

Je sais (rires). Nous avons plaisanté avec désinvolture pendant le shooting en se disant « tu ressembles à un adulte ! ».

Uhuh. Du genre « Je suis vraiment une adulte, nan ? » (rires). Peut-être que ceux autour de moi sont naturellement devenus comme ça parce que je suis complètement détendue et étourdie quand je ne travaille pas.

Que pensez-vous de la notion du « bonheur en tant que femme » ?

Pour être honnête, je n’ai probablement jamais pensé à des choses tout en me catégorisant comme une femme. J’ai déjà les mains pleines avec mon travail et ma vie privé.

Mais n’avez-vous pas aussi été à la recherche de réponses en vivant à Los Angeles et en essayant de séparer votre travail et votre vie privée ces dernières années ? Etait-ce une tentative de comprendre ce différent bonheur que vous pourriez trouver ?

C’est ce que j’ai fait, nan ? (rires) Maintenant, je me demande si cela servait à quelque chose. Je ne voulais tout simplement pas qu’on me dise : « Je te l’avais bien dit ! » Même si je voulais démontrer que « cela me fait simplement travailler plus fort. C’est faux.« Je me disais simplement « LA est amusant ! » et j’ai voulu pensé comme si « ceci est le meilleur choix pour moi en ce moment« . (rires)

Ahaha. Vous admettez, hein. Il y a des moments où nous voulons revenir en arrière, mais on ne peut pas, pas vrai ?

Vu la façon dont j’ai tendance à faire les choses à l’extrême, c’est difficile de changer de cap. Du genre « cela s’est transformé en une si grande chose maintenant mais j’ai déjà dit je le ferais » – Ça arrive souvent, pour être honnête. Je voudrais sincèrement choisir « je suis comme ça maintenant. Je veux y faire face de cette façon » et exécuter mes choix pour ensuite réaliser « Hein ? Avais-je tort ? » par la suite.

02 07 031

Tout le monde a des choses qu’ils ont toujours voulu essayer. Le bonheur a une forme différente pour tout le monde. Ainsi que les choses que nous désirons changer lorsque notre environnement évolue –

Je peux être une personne différente. Les gens autour de moi disent principalement que je ne devrais pas faire quelque chose, si je ne peux pas déterminer si cela est réel. mais je vais probablement continuer à le faire (rires). La façon dont j’ai toujours fait les choses comme je voulais les faire m’a aussi fait échouer plusieurs fois, mais je n’ai pas encore perdu ma motivation. Si les gens pouvaient effectivement m’arrêter, alors mes directions auraient changé il y a longtemps (rires).

Toutes vos expériences se sont transformés en chansons, non ? Votre album A ONE contenait beaucoup de chansons qui rappellent le vieux « vivre-pour-le-moment » d’Ayumi Hamasaki. En fin de compte, les changements ne pourront pas se produire si nous ne continuons pas de marcher sur nos deux pieds. Nous nous arrêtons une fois que nous nous sentons satisfaits.

Je suis d’accord. Comment dire ? Je pense être une esclave de la musique dans ma vie actuelle. Je ne peux pas sacrifier ma musique personnelle à cause de moi. Mais je peux faire le contraire.

Quand avez-vous réalisé cela ?

Je pensais que je quitterais ma carrière 2-3 ans après avoir débuté. Je ne sais pas quand j’ai su que « je ne peux plus revenir en arrière.« 

Mais – bien que vous ayez décidé que ceci est votre vie – vous cherchiez toujours un moyen de laisser votre vie privée et votre vie professionnelle à l’écart en vous déplaçant à Los Angeles, n’est ce pas ?

Pour être honnête, c’est plus juste de dire « je me suis enfuie » plutôt que « j’ai recherché« .

Enfui de qui ? De « Ayumi Hamasaki » ?

Peut être. J’ai ressenti que je tentais de fuir la plus grande partie de ma vie. « J’ai fait quelque chose d’horrible » – je ne pouvais pas m’enlever ce sentiment. Et quand j’ai senti qu’il continuerait à être une ombre toute ma vie, je me suis sentie tellement pathétique. Je ne pouvais plus rester au Japon. Je me suis dit que « plus rien n’a de sens, peu importe ce que je chante » quand je faisais de la musique. Je ne pouvais pas écrire des paroles, ayant perdu tout conviction envers moi-même. Je me demandais « qu’est-ce que je fais si je ne peux pas faire de la musique ? » Je suffoquais et j’ai pris peur. Je pense que courir loin de ces choses à fait que cela a commencé.

Je vois.

J’ai glissé à de nombreuses reprises. Je me sentais déprimée, mais je le cachais à chaque fois. Mais cette fois, mais cette fois, je ne pouvais pas rester là. Je ne devais pas d’excuses mais je ne pouvais pas ignorer les choses non plus. Je pense que je voulais me rétablir en quelque sorte. Je sentais que je pouvais courir et m’éloigner un peu de la Ayumi Hamasaki qui avait fait une chose aussi stupide en quittant le Japon. Mais, à la fin, je me suis rendue compte que les choses ne sont pas aussi faciles. Je commencé à vivre dans un nouvel endroit, eu un nouveau partenaire et travaillé dans l’environnement créative béni de LA. J’ai gagné une nouvelle inspiration de ces choses, je continuais à faire ma musique. Mais j’ai constamment ressenti que quelque chose n’était pas à sa place. J’ai décidé de retourner au Japon afin de comprendre ce qui me manquait –

Vous ne pouviez pas être vraiment heureuse si vous n’étiez pas un esclave de votre musique tout en étant au Japon. Vous avez réalisé que c’est la chose la plus importante pour vous ?

C’est vrai. Je sens que j’ai réussi à exprimer une telle conviction dans la tournée Cirque de Minuit de cette année. La décision « je ne vais pas fuir. Je vais rester ici pour toujours. » est née quand j’ai commencé à faire le Cirque de Minuit au Countdown Live de l’année dernière, et je me suis plongée dans ce Cirque de Minuit sans aucune hésitation. Je sentais que je revenais vers mon ancienne moi. Je pouvais décider rapidement de tout. Je n’avais pas ressenti cela depuis longtemps.

J’ai entendu que le mot d’ordre du Cirque de Minuit était « personne ne vit sur ​​scène« . Pourquoi avez-vous choisi un tel thème ?

Vous êtes lié par le destin, même si les gens vous diront que c’est impossible, même s’ils se moquent de vous – je voulais être sur scène pour avoir la force de faire sauter toutes ces choses-là. Voilà pourquoi.

Ce message a été également ordonné par vous-même ?

Oui. Je pense que ma période à Los Angeles m’a fait du bien au point de pouvoir me sentir comme ça. Je pense que ce séjour était nécessaire pour moi. J’aurai commencé à détester ma musique si j’étais restée au Japon de cette façon. J’aurai pu renoncé à moi-même.

041 051 061

Elle a déclaré qu’elle voulait séparer sa vie privée et son travail. Elle a montré qu’elle aimait sa vie à Los Angeles. Mais nous avons entendu la vérité derrière ces mots – Connaissant son travail et sa carrière, ce n’est pas difficile de comprendre pourquoi elle ne pouvait pas parler clairement de la vérité.

Lorsque vous avez commencé votre tournée, il y avait des rumeurs parmi vos fans comme quoi vous pouviez prendre votre retraite après ça, non ?

Il y en avait une. Ayant une plus longue setlist et vu le choix des chansons cela a dû leur faire ressentir que j’avais décidé quelque chose pour moi, je pense.

Cela pourrait être aussi parce que vous avez sourit sereinement, du genre « je n’ai aucun regret si cela se termine maintenant« , après chaque représentation.

Les personnes qui ont regardé le Cirque de Minuit sont les gens qui ne m’ont pas mis de côté quand je fuyais – Quand je suis retournée au Japon, je me sentais du genre « faisons tout ce que je peux faire maintenant. Disons même faire les choses que je ne peux pas faire. Cela pourrait ne pas fonctionner, mais je vais essayer quand même ! » et même si cela ne devait pas survivre dans ce monde, je l’ai fait parce que je voulais rester proche comme avant avec les fans qui m’ont soutenu. Je devais travailler dur pour que cela se produise. Si je ne l’avait pas fait, j’aurais toujours ressenti ce sentiment de « je suis désolée« . J’ai également décidé de faire ma première tournée du fanclub en 12 ans cet automne, en espérant « s’il vous plaît laissez-moi voir beaucoup d’entre vous autant que possible » – je fuyais mais j’ai ouvert les yeux. Je suis retournée au côté de mes fans. Voilà ma maison. Voilà mon bonheur dans ma vie actuelle. Je n’ai pas jeté mon bonheur privé, mais l’accomplissement de mon bonheur en tant qu’artiste Ayumi Hamasaki pèse certainement plus lourd sur la balance. Voilà la façon dont je vais vivre ma vie cette fois. Tant que mon corps peut continuer à se déplacer, aussi longtemps que ma voix va durer –

Vous sortez votre nouveau mini-album sixxxxxx en septembre. Comment a t-il évolué depuis votre précédent A ONE qui a été considéré comme un retour à vos racines ?

Je pense qu’il est encore plus classique J-POP que A ONE et qu’il est plus proche de A Song for XX. Parce que quand j’ai calmement regardé mes paroles, j’ai pensé « je suis toujours à la recherche d’un lieu d’appartenance, je suis toujours à la recherche de l’amour, je pense toujours qu’il y a de l’espoir quelque part« .

A ONE avait aussi ces idées, non ?

A ONE était un peu plus individuel. Dans sixxxxxx l’implication « moi » et « quelqu’un d’autre » est forte, je pense.

Prendre un autre regard sur vous-même et puis aussi regarder vers l’extérieur à nouveau… ce genre d’idée ?

Cela pourrait être ça. Peut-être aussi tout refaire à nouveau ? Je fais tout pour me reconstruire après avoir connu ce cercle vicieux, après avoir imploré et perdu des choses, ayant essuyé divers échecs et tiré des leçons expérimentées, ayant choisi ce que je dois faire et éliminer ce que je ne dois pas faire. Si un ménage spirituel comme cela est le symbole de débordement d’amour et de bonheur, faire de la musique et des spectacles ici réalise ces choses dans mon cas. Tout comme une mère ne pense pas que passer du temps avec son enfant est un sacrifice, je peux sentir le bonheur de la vie et la chaleur d’une autre personne à travers la musique. Je dis que je suis une « esclave de la musique« , mais je suis liée à elle parce que je ne veux faire qu’une avec elle. Je veux chérir ces choses dans ma vie. Voilà comment je pense honnêtement.

Elle remplit son rôle en tant qu’artiste Ayumi Hamasaki. Cette détermination est la plus grande source de son éclat. Les nouvelles mesures qu’elle va prendre à partir de maintenant effaceront sa fuite passée. Sûrement de façon aveuglante.

Traduction anglaise réalisée par akiramezu.tumblr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.